Les banques favorisent les prêts aux franchisés au Canada

publié le 23 févr. 2010 à 12:52 par Administrateur du site   [ mis à jour : 23 févr. 2010 à 13:36 ]

Trouver du capital pour lancer son entreprise peut s'avérer très difficile surtout en ce moment alors que les prêteurs sont très prudents.

Dans un tel contexte, l'ouverture d'une franchise est sans doute la meilleure façon de se lancer en affaires puisque les banques prêtent sans hésiter à des projets qui ont fait leur preuve.

Une franchise est un modèle d'affaires dans lequel une société ou un individu (le franchiseur) accorde une licence pour l'utilisation de sa marque de commerce et de son système d'opérations à un franchisé en échange d'un montant d'argent.

Selon l'Association canadienne de la franchise, les franchises représentent 40 % du chiffre d'affaires total du secteur de la vente au détail, soit environ 90 milliards $ par an, ce qui équivaut à 10 % du produit intérieur brut du Canada.

David Wilton, directeur du secteur des petites entreprises à la Scotiabank, explique que les demandes de prêt présentant un modèle d'affaires solide et de bonnes cotes de crédit sont celles qui ont les meilleures chances d'être approuvées.

La présidente et directrice générale de l'ACF, Lorraine McLachlan, affirme que les statistiques internes des banques démontrent qu'elles favorisent très souvent les franchisés parce que l'historique de gestion est connu et que leurs chances de succès sont plus élevées.

Ce sont de bonnes nouvelles pour les franchisés qui ont besoin de toutes les ressources à leurs dispositions

Un peu plus tôt ce mois-ci, le sous-gouverneur de la Banque du Canada, Pierre Duguay a prévenu les petites entreprises qu'elles pourraient faire face à « un resserrement modeste » du crédit.

Par exemple, le coût d'entrée pour une des franchises canadiennes les plus célèbres, Tim Horton's, varie de 430 000 $ à 480 000 $ et au minimum 144 000 $ de ce montant doit être sous forme de comptant ou de liquidités dès le début du projet.

Selon McLachlan, la demande pour les franchises est demeurée très élevée, même au plus fort de la crise économique des derniers mois.

« La récession a donné envie aux gens de prendre le contrôle de leur propre destinée et leurs finances », précise-t-elle.

Selon le répertoire annuel de l'ACF, les cinq secteurs où les franchises connaissent la plus forte croissance sont ceux touchant les personnes âgées et leur hébergement, la consultation d'affaires, la vente au détail, la santé et la forme physique et finalement, la nutrition et l'alimentation.

Les listes d'attente pour les franchises les plus populaires peuvent être longues, mais vous pouvez être approuvés plus rapidement si vous acceptez de déménager dans une région que le franchiseur considère comme plus propice.

Source: http://argent.canoe.ca/lca/affaires/canada/archives/2010/02/20100222-120228.html

Comments